Hello! Bientôt le Festival des sirènes aura lieu, ce dimanche 7 mai très précisément (si vous y allez n'oubliez pas d'aller voter avant ou après !), festival initié par Claire la Sirène: occcasion d'actualiser et de poster une interview d'elle (réalisée à la base en juillet 2015 et que je n'avais pas pris le temps de publier depuis...)...

 

Claire la sirène cinéaqua 01

 

« Bonjour Claire, comment as-tu commencé ta carrière de sirène ?

  - J'avais arrêté mes études, je suivais encore des cours de théâtre et ayant travaillé pendant mes études en tant que modèle pour des photographies, je continuais ; mais sans conviction. Et puis j'ai voulu faire autre chose, et je suis tombée sur l'univers de sirènes... Et ça a été la révélation ! J'ai orienté mes études là-dessus, commencé à réaliser mes costumes et à poser. J'ai crée mon entreprise, ce qui m'a donc amenée à avoir... un numéro siren ! J'ai réalisé en 2012, un mémoire sur la représentation moderne du mythe des sirènes, puis en 2013, sur la place des sirènes dans le virtuel, grace à la communauté mernetwork.net.
 J'aurais bien voulu pousser mes mémoires plus à fond sur la sirène elle-même, mais le processus universaitaire ne me le permettait pas : j'étais dans un cursus communication, donc il me fallait continuer à aborder la sirène par ce biais, sinon il aurait fallu que je passe soit en histoire de l'art soit en esthétique. De plus en faire une thèse est beaucoup plus exigeant que la rédaction d'un mémoire : 350 pages minimum, avec un soin tout particulier apporté à la bibliographie et aux auteurs cités. Si certains se contredisent ou n'ont pas la même vision d'un sujet, il faut justifier les moindres citations et expliquer dans quelle mesure leur travail rejoint le point de vue de la thèse)...

Claire la sirène cinéaqua 02



Comment réagis-tu lorsque les enfants te demandent si tu es une vraie sirène ?

  - J'ai toujours eu horreur qu'on me raconte des mensonges lorsque j'étais enfant, donc je ne cherche pas à les abuser... Quand des enfants (ou même des adultes) ayant vu mes vidéos m'écrivent pour me demander si je suis une vraie sirène, je dis franchement que je nage en apnée dans un costume que j'ai réalisé... Après je ne cherche absolument pas à casser des rêves : si des enfants me demandent si je suis une vraie sirène, je commence par leur demander « pour toi c'est quoi une vraie sirène ? » .Pendant les évènements où je me produis en direct devant des enfants, il y a trois sortes de réactions dominantes : la peur – la sirène contient tout de même une part d'anormalité, de monstruosité – la fascination pure, et le rejet brut. A l'aquarium de l'île Maurice, alors que je racontais des contes posée sur un rocher, un petit garçon l'avait exprimé de manière très directe, en m'accusant de ne pas être une vraie sirène et ne n'être que déguisée. Sans doute avait-il l'impression qu'on cherchait à le tromper, et montrait-il ainsi qu'il n'était pas dupe, qu'il ne voulait pas être dupe ; je l'ai donc invité à venir pour toucher le costume, en lui demandant si à son avis c'était un déguisement, et en quelle matière il était fait. Heureusement mon costume était à ce moment bien ajusté, et en excellent état – les enfants voient le moindre détail, le moindre accroc ! Donc sans chercher à le tromper, mais sans briser non plus la fascination des autres enfants dans le public, ma proposition a fait qu'il s'est calmé, et son rejet s'est apaisé.
Je ne considère pas les enfants (et même les adultes !) qui croient aux sirènes comme des idiots. Je trouve que garder une part de rêve en soi c’est super tant que ça vient d’une envie personnelle et pas d’un mensonge auquel on essaie de nous faire croire à tout prix.

Claire la sirène cinéaqua 03



Les sirènes ne sont-elles pas plus nombreuses depuis quelques temps ?

  - J'ai remarqué que depuis la sortie de la série H2O la mode des sirènes avait littéralement explosé par rapport à avant... J'avais assisté à un congrès de conférences sur les mythes il y a 4 ou 5 ans : il y  avait une conférence sur les sirènes, une sur les anges.... et environ une quinzaine sur les vampires ! Tout ce qui plait aux adolescents a de fortes chances de faire un boom culturel dans les années qui suivent... Les sirènes ne font pas exception !

Depuis quand plonges-tu en aquarium, comment y es-tu arrivée ?

  - Mes débuts de plongée réelle ont été difficiles : ça s'est passé en Corse ; malgré mon expérience de la mer ( j'ai toujours vécu à côté de la mer, fait de la natation et de la plongée bien avant de devenir sirène, et mes parents ont une piscine) et mes cours d'apnée en piscine, je me suis cognée partout, je ne voyais rien, (je ne parle même pas de sourire) bref j'ai réalisé qu'il y avait des techniques à connaître... Etre une sirène qui pose sur terre pour des photos, et être une sirène qui nage sous l'eau pour des vidéos et des spectacles, sont deux choses bien différentes.
Il est très difficile de nager en aquarium avec des poissons car les normes de sécurité sont strictes, des assurances et diplômes (j'ai un niveau 2 d'apnée depuis septembre 2015) sont demandés et chaque année je dois passer un examen médical pour garantir que je peux le faire sans risque ; un de mes amis, Arion Merman, un triton qui ne rêve que de nager en aquarium, n'a pu que très récemment le faire, car la fragilité de ses tympans le lui interdisait ! Comme en bassin on peut descendre jusqu'à 8m, la pression est importante dans les oreilles et le risque était trop élevé... Je peux le faire à Cinéaqua-l'aquarium de Paris, car c'est un aquarium privé avec un bassin assez grand (avec certes une raie à dard empoisonné mais les risques sont très limités ) et aménagé sobrement, idéal pour le spectacle... Cinéaqua ayant une surface d'exposition réduite, fonctionne plus que les autres aquariums sur un principe de spectacles et d'animations. J'y fais des plongées chronométrées : 45sec voire 1min sous l'eau/ 20 sec en haut pour reprendre mon souffle. Etant originaire de la Rochelle, mon rêve serait d'aller y nager, ne serait-ce qu'une fois, mais je ne sais pas encore si c'est possible ;  l'aquarium de Nausicaa à Boulogne n'a pas de bassin adapté et à Monaco, le bassin qui pourrait convenir a surtout une tortue qui pince ... J'ai par contre un très bon souvenir du parc Weeki Wachee Spring en Floride, où j'avais été admise à nager en aquarium, alors que j'ai appris par la suite qu'ils étaient très sélectifs là-dessus... bien que la législation soit moins rigide aux Etats-Unis.
J'étais jusqu'il y a peu la seule en France à plonger en aquarium parmi les poissons, mais depuis 2016 il y a Merman Anceos qui me remplace à l’Aquarium de Paris pour un show Triton, et Mermaid Andrina qui plonge de temps en temps à lOcéarium du Croisic en Bretagne. Elle sera d’ailleurs présente au Festival des sirènes le 7 mai;)

Claire la sirène cinéaqua 04



Quelle est la durée de vie d'un costume ? En quelle matière sont-ils, quelles en sont les contraintes ? En fabriques-tu toi-même ?

  - Les costumes sont ajustés et extrêmement serrés, l'usage très fréquent les fatigue vite ; en 6 mois, ou en 60 plongées environ ils sont déjà usés... D'où le besoin d'en refaire souvent ! Il y a un certain intérêt à les réaliser soi-même, entre le prix, et les délais de production de certains fabricants, dûs à leur succès et au nombre de gens qui leur commandent : un costume Mertailor necéssite 6 mois d'attente, tout comme chez Finfolk ; et le délai pour un costume Merbella (ceux que je préfère) est de 1 à 2 ans, tant ils ont de demandes ! Mon premier costume était une nageoire de 5 kgs. J'ai vite appris à faire des trous dedans pour laisser l'eau circuler. Pour nager, la matière que je privilégie est le silicone, plus lourd mais aussi plus résistant, à l'humidité comme à l'usure, que le latex (des matériaux qui expliquent qu'on parle plus souvent de moulage que de couture pour des costumes), matière idéale pour le posing ; posing qui ne doit pas dépasser une heure et demie, car même dans un costume confortable les pieds sont contraints et les jambes très gainées. Donc on ne doit jamais être laissée seule, car la position est pénible ; souvent les agences d'évènementiel l'oublient et je me suis déjà retrouvée en plan à devoir demander de l'aide à des personnes imprévues... Mais en essayant de garder le rôle jusqu'au bout !
En tout cas, mon métier est d'être sirène, et je ne cherche absolument pas à devenir fabricante de costume de sirène, même si je réalise les miens moi-même. J'ai passé  en 2016 mon niveau 2 d'apnée, qui me permet de descendre à 25 m de profondeur en apnée, et 40m en plongée. J'espérais aussi terminer une thèse sur les mythes chez Disney en 2016, mais j'ai finalement réorienté mon travail sur les sirènes : c’était trop difficile avec ce métier artistique à temps plein de faire une thèse sur un autre sujet, surtout que l’on me demande pour des conférences sur les sirènes ! C'est toujours en cours, cela me prendra plus de temps que prévu car faire la sirène me laisse peu de temps libre pour écrire ^^;...

Merci Claire et à dimanche!»


Plus d'infos et contact sur :
https://www.lasirenebleue.com
https://www.facebook.com/Claire.la.Sirene/

 

Photos Terryjil en juillet 2015 à Cineaqua-aquarium de Paris