"Je chante la douceur de ce que tu perdis

La beauté de ce que tu ne connaîtras jamais

Dans la vie que tu mènes aujourd'hui, dis,

Es-tu bien sûr des choix que tu as fait?"

Très grandeinktober 2017 - 12 bouleversé

 

 Que peut donc chanter cette plantureuse sirène à ce marin pour le bouleverser autant? Lui parle-t-elle de son enfance et son innocence enfuie, d'amantes oubliées, d'amis tués dans des batailles? Lui promet-elle une éternité de délices (sa queue de poisson semble vouloir l'enserrer tendrement) s'il renonce à tout cela, ou au contraire lui détaille-elle cruellement, tout ce qu'il ne pourra pas avoir, jamais?

barbucopy

 

 

Canalblog a un peu déconné hier et je n'ai pas réussi à charger l'image; du coup je réessaye aujourd'hui ;-) 

Réalisé avec des lavis à l'encre de Chine, ce dessin a un protagoniste que j'ai déjà dessiné jadis pour les 365 barbus, un défi dessin d'un barbu par jour sur le blog de l'association Les barbus (qui n'existe plus aujourd'hui mais dont les membres se sont lancés dans d'autres projets). J'avais participé à hauteur d'une p'tite quinzaine de poilus du menton, et offert parmi eux un pirate publié le 30 décembre 2007(euh... ouah, mais ça fait presque 10 ans!!! O_o). Quand il a fallu trouver une tête au marin bouleversé par le chant de la sirène, je me suis dit que je pouvais offrir une seconde vie au larron (au prix de lui rabattre un peu ce sourire suffisant qu'il arborait sur mon précédent dessin)...