le chat du kimono par Nancy Peña p49

Hop! Je suis tombée par hasard sur une sirène ( p 49, chapitre 6) en bouquinant Le Chat du Kimono, une bande dessinée de Nancy Peña, éditée en 2007 chez les éditions La boîte à bulles.

Je vous avertis, la sirène n'aura aucune importance dans l'histoire de ce chat qui fugue du kimono d'une jeune beauté japonaise (qui repoussa les avances du tisserand qui lui fit le kimono), et cherche à revenir sur le vêtement... Le dit kimono ayant voyagé à travers les mers pour arriver en Angleterre victorienne dans la boutique d'un marchand de soies exotiques. Le chat, toujours impassible, croisera en plus les chemins d'un marin fumeur de moustaches, d'une petite Alice (Barnes, et non pas Lidell, mais en échappant à la surveillance de sa tante elle verra d'étranges choses...), d'un détective cocaïnomane et son acolyte médecin. C'est plein de magie, de fantaisie et d'humour, et même si on ne saisit pas tout de suite le rapport entre tous les protagonistes, Nancy Peña relie tous les fils à la fin; tout semble s'arranger, dans ce monde que l'auteure a parsemé de références (mention au dessin animé opposant le chat blanc de Bonnard et le chat noir de Toulouse-Lautrec).  Le style de dessin de Nancy Peña n'est pas le plus à mon goût, mais il me fait penser à celui de Sfar dans la mesure où il ne semble pas d'une précision ou d'un soin extrême, mais tombe juste et fourmille de détails; le tout dans une narration impeccable, découpée en chapitres à priori indépendants et qui se relieront petit à petit au fur et à mesure des aventures extravagantes du chat.

couverture le chat du kimono

Ce livre connaîtra deux suites, un chouia plus classiques, intitulées respectivement Tea Party et It is not a piece of cake, où le personnage principal est Victor Neville, un pathétique cookery counseller  - un conseiller culinaire -  autour duquel tourne le chat du kimono. Kimono qui appartient à présent à Alice Barnes, la petite fille du premier tome devenue une redoutable jeune femme... Belle, intelligente et retorse, elle fera tourner en bourrique le malheureux Victor Neville, tourmenté non seulement par les missions de son métier, mais aussi par des hallucinations dues à sa narcolepsie ainsi que par une histoire familiale compliquée... J'ai été entraînée dans ces trois livres malgré les quelques longueurs du troisième, enquête policière un peu plus compliquée à suivre que les deux tomes précédents. Le chat, toujours mutique, qui a pris l'habitude de vagabonder à sa guise dans chaque camp sans en choisir aucun, est un malicieux trait d'union pour ces trois BDs qui sauront vous séduire pour peu que vous appréciiez un peu d'onirisme et d'humour.

J'ai dit que la sirène n'avait rien à voir avec l'histoire, mais l'intrigue navigue entre rêves, magie et un peu d'érotisme, des valeurs qu'on attribue naturellement aux sirènes... Nancy Pena raconte d'ailleurs dans l'un des deux autres livres une légende de deesse maritime, sans queue de poisson certes, mais légende de violence aquatique et d'amour...