Aujourd'hui c'est la journée internationale du droit des femmes, pour l'égalité hommes-femmes dans le monde.

Petite focale sur une bande dessinée de Jean Ache parue en 1972: Arabelle - les sirènes sont parmi nous!

Une série de bande dessinée commencée en 1950 dans France-Soir, où l'héroïne était Arabelle, la dernière sirène, qui s'était fait opérer pour avoir des jambes et vivre des aventures sur la terre ferme. J'ai déjà publié ici une note qui en parlait un peu. Interrompue en 1962, la série reviendra pour deux aventures, prépubliées dans le journal Tintin. N'ayant pu lire que ces deux aventures tardives, je n'ai aucune idée sur le caractère des aventures vécues par Arabelle et son ami Fleur-Bleue; je ne peux que me prononcer sur Les sirènes sont parmi nous! et Arabelle contre les requins noirs: ils s'agit d'aventures d'espionnage classiques de la bande dessinée jeunesse de cette époque de croissance où l'on commençait à guérir des spectres de la seconde guerre mondiale, tout en restant sous la menace de la guerre froide...

Mais avec Arabelle, héroïne féminine, sirène qui ne se distingue plus en rien des femmes à part une dépendance à l'eau, il s'agit de réclamer le pouvoir: le discours de fin de les sirènes sont parmi nous! réclame l'égalité hommes-femmes, une égalité réclamée dans la réalité depuis les années 60 par la Women's Lib, le MLF, etc.

Jean Ache peut avoir des allures de retardataire sur la vie réelle, il n'en reste pas moins que cela me semble (mais je peux me tromper, je ne suis pas spécialiste) la première bande dessinée jeunesse revendiquant un certain féminisme (non nommé ainsi cependant) sans le montrer comme étant une absurdité prônée par un personnage secondaire ridicule ou un complot de sorcières castratrices ( bien que les sirènes soient désignées comme formant une organisation secrète, mais oeuvrant pour "le bien", à la manière des services secrets occidentaux dans les bandes dessinées du même camp...). Ce "soutien" demeure ambivalent : on sent tout de même un peu de réticence de la part de l'auteur à reconnaître les femmes "ordinaires"  puisque les sirènes ne parviennent à des postes de pouvoir que grâce à leur charme surnaturel; et un peu de contradiction: si ce charme était si irrésisitible, elles seraient plus nombreuses à "régner"...

 

arabelle les sirènes sont parmi nous p1 Jean Ache

 

discours féministe - arabelle - les sirènes sont parmi nous - Jean Ache

 

On peut remarquer que ces aventures relèvent beaucoup d'une guerre des sexes: le camp des sirènes est composé en majorité de femmes avec un ou deux hommes pour aider (et non remplacer dans l'action!), et les camps adverses (qu'il s'agisse du ministre berglandien opposé au droit de vote des femmes, ou des Requins Noirs, un mouvement ressemblant fort au Ku Klux Klan) sont composés en majorité d'hommes, avec une ou femmes. Il y a un côté symbole du Yin et Yang (le taijitu) dans ces camps, chacun contenant une petite partie de l'autre. 

Mais bref. La question d'Armine (l'oratrice) reste d'actualité: "y aura-t-il un jour une présidente des Etats-Unis?"

Bien sûr, les droits des femmes et l'égalité homme-femme ne se résument pas au droit de vote et à l'accession à des postes de pouvoir... et y penser et lutter pour, ne doit pas se limiter au 8 mars. ;-)