cascade Laureen la sirène de face

– Bonjour Laureen, peux-tu te présenter brièvement?


Bonjour, je suis née le 19 avril 1988, j'habite dans la Vienne (86) et je suis costumière de métier. Je  suis également maman de jumelles qui auront bientôt 6 ans!


Qu'est-ce qui t'a plongée dans l'envie du sirènisme? Ariel de Disney sans doute, mais peut-être as-tu d'autres oeuvres de référence pour les sirènes, une passion pour les univers imaginaires globalement?


Depuis toute petite j'ai été berçée par l'univers Disney. Mes parents m'ont fait grandir dans les films de Disney. Ariel est très vite devenue ma princesse préférée. Au départ c'est sa chevelure rouge qui m'a attirée. Ca changeait des princesses blondes et brunes que l'on voyait déjà partout! Mais si on devait pousser plus loin, le monde féerique et fantastique m'a toujours fascinée. J'ai vite accroché sur les sirènes en découvrant le dessin animé japonais La petite sirène , avec Marina, que j'ai vu bien avant la version Disney.

Marina la petite sirène - long-métrage d'animation japonais de 1975

Je trouvais ca magnifique d'imaginer une vie fantastique sous la mer. J'ai souvent imaginé la sensation qu'une sirène pouvait avoir en nageant. C'est un monde à part: L'océan est rempli de beauté et féerique à souhait. Dans ma famille, on a la fibre artistique : couture, dessin, modelage... Du coup c'est dans le dessin que j'ai commencé à extérioriser mon imaginaire. Sirènes, elfes, fées, dragons, orcs...tout y est passé.


– Quand as-tu découvert Mermaid Hannah, Claire la sirène et les autres sirènes professionnelles? cela a-t-il déclenché/accéléré ton envie de te lancer dans cette activité, ou est-ce que tu avais déjà commencé à mûrir ton projet en dehors de cela?


Avant de découvrir Mermaid Hannah, j'ai découvert la série H2O. J'avais 15 ans à l'époque. Je trouvais les costumes tellement beaux que je voulais à tout prix m'en procurer un. En cherchant sur le net, j'ai fini par découvrir le mermaiding et donc Hannah. Mais en voyant les prix des costumes j'ai vite déchanté! Cependant je n'étais pas encore attirée par la couture, bien que j'adorais me costumer. Un an après, à travers une communauté de fans du manga Sailor Moon (oui je sors un peu du mermaiding mais c'est curieusement cette autre passion que j'ai, qui m'a tendu la perche) je découvre l'univers du Cosplay.

sailor-moon

Le concept m'a tout de suite plu. L'idée de pouvoir se costumer en ses héros préférés a fini par me donner envie de coudre. Et du coup, je voulais coudre des costumes fantastiques, les premiers étant des costumes d'elfes. J'ai donc été demandé conseil à une de mes tantes pour m'apprendre les bases de la couture. L'idée des costumes de sirène est arrivée peu après mais je n'avais pas encore la capacité de faire une bonne nageoire...

la prophétie des elfes - costumes 2009 - Laureen Delhomme

 

- La passion pour les costumes était là très tôt aussi semble-t-il mais avant de faire ton diplôme Technicien des Métiers du Spectacle (spécialité habillage) à Bressuire tu as choisi de faire un bac Science et Technologie de Gestion, Comptabilité et Finances d'Entreprise au lycée Marcellin Berthelot de Chatellerault... J'admire cette prévoyance! Tes parents/ta famille t'ont-ils guidée, conseillée ou soutenue dans la voie de la création d'entreprise de confection de queue de sirène? Ton entourage a-t-il bien réagi?


Concernant ma formation... A la base je voulais faire un Bac Litteraire; j'adore les langues. En primaire, on a eu la chance d'avoir de l'anglais dès le CM 1. Au collège, j'ai ajouté le latin, et j'avais pris allemand en deuxième langue vivante. Arrivée au lycée, j'ai ajouté l'italien. Je voulais déjà à l'époque avoir la maîtrise des langues car je voulais pouvoir travailler avec l'étranger, même si je ne savais pas encore dans quel domaine... Je savais seulement que je voulais un milieu artistique et j'avais rajouté des cours de théâtre à ma liste déjà bien fournie de cours. On m'a refusé cependant le passage en Bac L... sous prétexte que j'étais trop nulle en math! Cherchez l'erreur.... J'ai fait partie des élèves qu'on a voulu envoyer en classe « poubelle » (comme on disait dans notre classe) car trop nombreux en L et pas assez bons pour les sections ES et S. La section STG était nouvelle, on était la première et la seule classe du bahut dans cette filière. De mémoire, personne n'a voulu y aller quand on en parlait. On nous l'a imposé. La STG n'était pas mon choix premier c'est sûr. Je détestais la compta; par contre j'adorais les cours de droit, de management et de communication. C'est là que j'ai vu un intérêt pour mon avenir et je me suis mise à fond sur ces matières. Au final, ce qui m'a été imposé contre ma volonté, a fini par éveiller mon intérêt. J'ai eu le déclic: Plus tard je serai mon propre patron et je bosserai dans l'artistique. J'avais plus de cours que les autres élèves de ma classe car j'étais la seule à avoir gardé ma langue vivante 3 (italien) et j'étais également la seule à faire du théâtre. Ce qui ne plaisait pas à certains de mes professeurs: certains ont voulu m'obliger à arreter le théâtre, soit-disant  parce qu'une matière artistique n'est pas compatible avec une filière gestion et compta. J'étais fatiguée mais je m'en fichais... J'étais décidée à leur montrer que les deux domaines peuvent fonctionner ensemble!


Fin de 1ere, début terminale, mon envie professionnelle se précise, je serai costumière à mon compte. Je découvre le lycée Saint Joseph de Bressuire et repère la filière TMS portée sur les costumes de théâtre et historiques. Il fallait un dossier avec un costume de notre création pour être admise. 10 places disponibles seulement et je débutais tout juste dans la couture! J'ai réussi à avoir ma place... Dès le début de la première année, on nous informe de l'examen final en 2ème année. Il y aurait un costume à créer avec un dossier de présentation : Origine, historique, matière... J'ai eu le déclic : une nageoire de sirène, c'était l'évidence. Alors que les recherches pour l'examen final ne devaient débuter que lors de la 2ème année, j'ai cherché tout de suite, enchaînant des prototypes, cherchant les matières, comparant les fabricants...

première nageoire - Laureen la sirène


Résultat: en 2ème année, je propose mon projet aux professeurs pour l'examen final. Chaque projet devait d'abord être validé par les professeurs. Certains ont trouvé ça interessant, d'autres m'ont dit non, que je n'avais pas les compétences pour un tel costume. Certains ont même ajouté qu'une nageoire n'était pas un costume! Hors de question de les écouter, je ferai cette nageoire et leur prouverai que c'est un costume qui a sa place dans le monde du spectacle. Mes parents m'ont soutenue, mon oncle et ma tante qui m'hébergeaient pour mes études également. Au final, j'ai eu mon examen en présentant ma toute première nageoire (non destinée à la nage). Et cela, malgré un long débat aprés mon passage oral avec un professeur toujours persuadé que ce n'était pas un costume malgré mes arguments et exemples (cinéma, théâtre, parade de Disney...)!

nageoire sujet d'examen Laureen la sirène

 

Par la suite, pendant mes petits boulots j'enchaînais les prototypes dans l'espoir de créer un jour ma boîte. Mon conjoint riant parfois de ce qui me sort de la tête! Il n'est pas du tout dans l'univers du spectacle, mais j'ai déjà réussi à lui faire porter un costume pour qu'il me serve de mannequin.

 

– Tu as fait des petits boulots au Futuroscope et pour un cirque avant de te lancer... En quoi cela consistait-il et au bout de combien de temps as-tu pu solliciter et obtenir L'ADIE et le CAPEE (peux-tu aussi expliquer de quoi il s'agit)?

 

J'ai quitté les études aprés mon diplôme TMS en 2009. Rapidement j'ai enchaîné les boulots pour avoir de quoi faire des prototypes. Je faisais aussi beaucoup d'autres styles de costumes à côté... Un trop plein d'imagination. Puis vint le moment ou je suis tombée enceinte. Alitée pour cause de grossesse à risque, je me retrouve sans pouvoir coudre pendant plusieurs mois. Quelle frustration! Après la naissance de mes filles, je prends mon congé parental. Début 2015 (fin de mon congé parental), je découvre l'ADIE grâce à une amie. C'est la révélation. Je débute le parcours créajeun en janvier jusqu'en février, avant de reprendre mon CDI au pressing en avril 2015. C'est une formation gratuite sur 6 semaines, à raison de 3 jours par semaine qui aide les porteurs de projets à valider ou non leur idée d'entreprise qu'ils veulent créer. Au début, les membres de l'ADIE se sont demandés sur quoi ils étaient tombés avec moi... Mais ayant tout mon dossier de recherche depuis le lycée, j'ai su convaincre et être prise dans cette formation. J'ai pu développer mon projet au niveau commercial, administratif, financier, juridique... et réussi à obtenir un micro-crédit pour démarrer ma boîte le 1er Mars 2016. Le CAPEE est un organisme régional qui aide les porteurs de projets. Il faut convaincre un jury pour tenter d'obtenir la BRDE (Bourse Régional Désir d'Entreprendre). C'est une aide fiancière qui peut être apportée à un créateur d'entreprise. A côté de ça, le CAPEE et l'ADIE apportent un soutien continu en cas de problèmes, de questions... L'ADIE nous informe aussi lorsqu'un concours, où un moyen de communication à lieu si ça peut nous interesser. J'ai  notamment fait le concours Business Dating du Crédit Agricole où je suis arrivée finaliste, et un concours du Capee où je suis arrivée 2ème. Ces 2 concours m'ont permis d'avoir des fonds supplémentaires. L'ADIE a d'ailleurs fêté ses 30 ans le 29 mars lors du village des créateurs, au Beffroi de Montrouge à Paris.

 

stand Créatures de L'au - ADIE région Nouvelle-Aquitaine

 

Et j'ai été selectionnée par l'adie avec un autre créateur, pour réprésenter la Région Nouvelle Aquitaine au village des créateurs dans les catégories « Visuel » et « Originalité ».


– Tu fais des queues de sirènes ainsi que les tops qui vont avec, mais par rapport à Ondine (interviewée ici il y a quelque temps), tu proposes plus de matières: latex en plus du tissu... que préfères-tu travailler? Que préfères-tu porter personnellement? Et quelle(s) couleur(s) préfères-tu?

J'ai une préférence pour les tissus. Plus légers, plus facile à travailler, et dans ma formation TMS, on a énormément travaillé sur les peintures sur textiles. Du coup j'adore les nageoire en tissu pour la peinture que l'on peut réaliser dessus. C'est aussi ce qui me démarque des autres créateurs: la peinture manuelle sur nageoire tissu.

Concernant mes costumes je dessine moi même mes modèles et croquis et ensuite je fais les patrons sur mesure. Le système de moulage sur mannequin se fait pour les nageoires ayant un tissu non extensible.

En tissus, j'aime beaucoup la panne de velours qui est agréable à porter, mais moins résistante dans le temps que le spandex (=élastanne).

costume en panne de velours Laureen la sirène

 

J'ai un faible pour les métallisés et récemment je me suis procurée du néoprène. Niveau latex, je n'ai réalisé qu'une nageoire à taille humaine en tant que prototype. J'aime beaucoup, mais c'est beaucoup moins pratique. Son réalisme me plaît énormément, mais cela reste un costume épais, lourd, difficile à assembler, et encore plus à conditionner et ranger.

 

cascade Laureen la sirène cosume latex

 

Maintenant j'envisage de m'orienter vers des costumes hybrides tissu/latex, sequins/latex, neoprène/sequins/latex. J'envisage cependant une ré-orientation de mon travail sur les costumes à taille humaine. Je souhaite avoir mes propres costumes et proposer des initiations et animations en piscines sous forme d'atelier découverte. Et pourquoi pas, des petits ateliers costumes pour les enfants.


- De plus, tu t'es aussi spécialisée en queue de sirènes pour les poupées, toujours en proposant latex ou tissu... D'où est venue l'idée de cette démarche? Etait-ce une idée personnelle, ou est-ce la demande de personnes ou d'amies qui t'a amenée à ce travail? J'ai vu tes photos de collaborations de poupées articulées Monster High avec Delffey et Anastazia Custom... C'est très joli! Fais-tu parfois des salons de dolls, si oui lesquels ( j'ai vu que tu allais à Toulouse en juin)? D'ailleurs, existe-t-il aussi des salons de métiers du spectacle et des costumes, et si oui t'y rends-tu ( que ce soit comme exposante ou comme visiteuse)?


Depuis toute petite je collectionne les poupées Ariel. Même si j'avais laissé un temps cette passion de côté, la naissance de mes filles m'a replongé en enfance! Je suis retombée dans les dolls, et plus précisément dans les BJD et autres poupées du même genre. Ce sont des poupées en résine ou ABS, articulées, à personnaliser. Ces poupées coûtent très cher dans l'ensemble malgré quelques exceptions. Un jour, j'ai eu envie d'habiller une de mes poupées qui n'avait rien sur elle depuis plusieurs mois. J'avais une chute de tissu: ma première nageoire de poupée en est sortie. Très basique avec juste un coup de peinture. J'ai posté au hasard sur un forum de poupées. A partir de là, on m'a demandé si j'en faisais d'autres. Les messages affluaient alors que pour moi, cette nageoire n'avait rien d'exceptionnel. A ce moment là, je n'avais pas encore commencé ma formation à l'ADIE. Et au vu des demandes, je me suis dit qu'il serait interessant de rajouter des nageoires pour poupées dans mon catalogue.

première nageoire de poupée - Laureen la sirène

 Même si je préfère les costumes en tissu pour la taille humaine, j'avoue avoir un faible pour le latex pour la taille poupée. Je voulais apporter du réalisme dans ce petit monde fait de vinyl et de résine. Des nageoires pour poupées, on en trouve plein en tissu, mais pas en latex et donc pas réalistes. Je me suis dit que là c'est l'occasion ou jamais de tenter. Et au final j'ai bien fait. Niveau nageoires à taille humaine, je vais être honnête, je n'en vends quasiment pas car mon travail sur poupée a depassé mes espérances. On me connaît beaucoup plus dans la communauté dollienne!  Les gens ne voient chez moi que les poupées. Et j'avoue adorer ce concept. Il y a déjà beaucoup de fabricants pour les tailles humaines, donc autant aller là où il n'y a personne.

collection "fantasia" vendue à la boutique "jolie dolls" de Paris

Effectivement j'ai commencé à travailler sur des collaborations avec d'autres artistes du milieu de la poupée: Anastazia Custom, La petite clinique des Poupées et Delffey, j'ai récemment découvert aussi Tiamat Créations qui a réalisé de belles custos de poupées sirène pour un salon où j'ai exposé. Là ou certains verraient de la concurrence, moi je vois au contraire des idées, des styles, des visions différentes... Chaque artiste a sa propre version de la sirène, quand on travaille ensemble ça donne quelque chose d'unique et c'est ça qui est génial!

 

Concept, makeup et wig par Anastazia Custom, base articulée de la queue par Delffey en impression 3D, écailles, coloration et nageoire par La petite clinique des Poupées, tops de créatures de L'au

 

Concept, makeup et wig par Anastazia Custom, base articulée de la queue par Delffey en impression 3D, écailles, coloration et nageoire par La petite clinique des Poupées, tops de créatures de L'au

 

Même si ces artistes ont fait quelques sirènes, leurs custos sont beaucoup plus variées. Anastazia custom fait beaucoup dans le steampunk par exemple... Je suis vraiment la seule qui fasse du 100% sirène dans les poupées, d'après mes recherches et ce que l'on m'a rapporté.

 

Poupée Ken customisée en merman Arion - par Laureen la sirène

 

Je commence également à m'orienter sur des customisations complètes de doll. Ma première a été une reproduction de Merman Arion: ce n'était pas une commande mais un cadeau que j'ai voulu lui faire pour le remercier. En effet il a été une des premières personnes à me soutenir dans mon travail. Et quand ça n'allait pas, il était là. Car il faut bien l'avouer, faire tourner une boîte n'est pas facile. Il y a des hauts et des bas. A partir de là, la customisation d'Arion ayant beaucoup plu, j'ai eu des demandes. J'ai ainsi pu reproduire Mermaid Ingrid notre miss Mermaid France et Internationale en barbie sirène à son image. Au final, je trouve un nouveau souffle dans la customisation de poupées. Maintenant j'en réalise de plus en plus!

 

customisation Créatures de L'au sur base Monster High

 

Niveau salon j'ai commencé par un petit nouveau : Le Little Dolls Paris. En janvier de cette année j'ai participé à ma 3e édition. C'est un petit salon certes, mais très convivial et chaleureux. Cette année j'ai décidé de faire davantage de salons. Un seul ne suffit pas pour  avancer. Je vais donc le 2 juin exposer à la Dolls Garden Party de Toulouse aux côtés d'Anastazia Custom, La petite clinique des poupées, Tiamat Créations et Seito Kdoll. Des artistes avec qui je travaille et que j'ai rencontré au Little Dolls. Je prévois également d'aller exposer au Ldoll festival en octobre 2018 à Lyon. C'est le plus gros salon de poupées, le plus visité, le plus convoité. Ce salon est tellement reconnu qu'il faut être devant son ordinateur dès 9h le matin pour essayer d'avoir un stand! En gros c'est LE salon à faire une fois dans sa vie quand on est dans le milieu de la poupée. Je compte bien en faire d'autres, mais là encore ça demande reflexion et organisation. Niveau évenements pour les costumes, il y a eu bien sûr le Festival des Sirènes que j'ai adoré.

 

Laureen la sirène au festival des sirènes 2017 - photo de Terence Dewaele

 

 

J'ai été visiter aussi le Salon Fantastique pour avoir mon propre avis. Mais ce salon, à mon sens, est trop « fouillis ». C'est un vrai labyrinthe, et l'ambiance est assez particulière. Le jeu de rôle est tellement mis en avant qu'on se demande comment intégrer le mermaiding! On se marche dessus, bref... Bien qu'il y ait des choses interessantes, je ne me vois pas exposer là-bas.


– Nous nous sommes déjà vues au Festival des sirènes en mai 2017... Avais-tu déjà participé à un rassemblement public de sirènes et tritons? En as-tu d'autres de prévus en 2018? As-tu déjà fait des animations sirènistes, pour anniversaire ou autre (tournage de film amateur, publicité, animation entreprise)?


Alors je n'ai pas réellement fait d'autres rassemblements. Une fois, on s'est retrouvé à trois à la piscine de Lencloître avec Mermaid Raxa et Dahlia. C'était sympathique et bon enfant. Je n'ai pas encore fait d'animation mais je vais soumettre l'idée au directeur de la piscine de Lencloître. Petite ville de campagne, le directeur cherche de nouvelles idées d'animations.

 

– Contrairement aux précédentes sirènes interviewées, tu ne parles pas de ton niveau d'apnée... As-tu un niveau AIDA? Si ce n'est pas le cas, est-ce un choix personnel, ou comptes-tu bien en faire un jour?



C'est surtout que je n'ai pas encore pu en faire. Obligations familiales et soucis de transport obligent! Mais je compte bien un jour aller passer un niveau d'apnée...


– Si tu ne fais pas d'animations, où peux-tu nager en sirène pour le plaisir? Es-tu déjà allée nager en mer, ou faire un shooting photo sur une plage: Sables d'Olonne, la Tranche sur Mer, Chatellaillon plage, etc?...


Généralement je dois attendre l'été pour « squatter » la piscine de ma meilleure amie en plein air. Mais maintenant que j'ai emmenagé sur Lencloître, j'ai accès à la piscine du lencloîtrais les mercredi et samedi après-midi en période scolaire. Pour les vacances, tout dépend de la fréquentation de la piscine. Je n'ai pas encore eu l'occasion de nager en mer, mais Tiamat Création me propose de venir la rejoindre à l'île d'Oléron quand je le pourrai, pour un petit shooting. Sinon pour y avoir été plusieurs fois en vacances, j'ai un gros faible pour les plages de Saint Georges de Didonne à côté de Royan; le cadre est superbe! Je compte bien aller poser et nager là-bas un jour.

 

Merci Laureen pour le partage de ton expérience et bonne continuation à toi pour ton entreprise!