Maman Dlo - Alex Godard - étiquette du titre

 

Bonsoir! Navrée d'avoir tant tardé à vous livrer une nouvelle note! Aujourd'hui je vais vous parler d'un joli album qui raconte l'histoire de Cécette, une petite Marie-Galantaise vivant avec ses grands-parents paternels, Man Ninie et Papoli. Cette année, sa mère partie travailler au loin ne pourra pas rentrer. En attendant de pouvoir la revoir, Cécette lui écrit une jolie carte postale, et le soir va écouter Racik le conteur, qui parle de Maman-Dlo...

 

Maman Dlo - Alex Godard - Cécette sur le toit

Alex Godard nous emmène, l'espace de 48 grandes pages, sur les plages de "La grande Galette", l'île de Marie-Galante, située un peu en dessous de l'île de la Guadeloupe, partager le quotidien d'une petite fille antillaise dans les années 60.

Etant mauvaise en géographie, je suis donc allée voir où se trouvait Marie-Galante. Si vous partagez avec moi ce petit défaut, voici quelques dessins pour vous aider à situer l'action de l'histoire :-)

 

Guadeloupe en mer des Antilles - carte sirènologieLa sirène pointe la Guadeloupe du doigt. En fait, j'ai réalisé que la Guadeloupe, plus bas la Martinique et plus bas encore sur le continent sud-américain, la Guyane française, étaient toutes trois situées dans la même zone géographique! L'île de la Réunion fait bande à part en se plaçant en bas de l'Afrique non loin de Madagascar...

Guadeloupe au-dessus de Marie-Galante - carte sirènologie

La petite île en haut à droite, que je n'ai pas légendée, est l'île de La Desirade.

Marie-Galante - Carte sirènologie

Et j'ai situé les deux plages où va se balader Cécette dans l'album: la plage de Folle-Anse s'étend entre le port de Folle-Anse et Saint-Louis. Je n'ai pas trouvé beaucoup de détails sur la plage de l'Anse-Bois-D'Inde, qui semble être une crique; mon incertitude sur son bon emplacement vient du fait qu'elle me paraît bien loin pour qu'une enfant fasse l'aller-retour en une matinée, mais je confesse mon ignorance des distances! si vous pouviez me confirmer ou me corriger, ce serait bien volontiers!^^

****

Après cette mise dans le contexte géographique, un peu de contexte temporel: les années 60 sont une période loin d'être anodine, qui permet de penser que la maman de Cécette fait partie des nombreux Antillais attirés en France métropolitaine par la politique du Bumidom : un dispositif créé par Michel Debré 4 ans plus tôt (la lettre de la maman est datée de 1967) pour à la fois amener de la main d'oeuvre bon marché en métropole, et calmer les tensions du chômage guadeloupéen dû à la crise de l'industrie de la canne à sucre.

"Et si derrière l'horizon il y avait une maman-dlo, une énorme maman-dlo? [...] Cécette monte dans le bateau les poings serrés, comme si elle allait devoir se battre contre la Reine des Eaux. Contre toutes les Maman-dlo qui promettent monts et merveilles pour mieux séparer ceux qui s'aiment."

Et si, et si cette fameuse "énorme maman-dlo" était la France Métropolitaine? les "monts et merveilles" étant la communication du Bumidom, promettant de bons emplois bien payés aux Antillais, qui déchantaient cruellement en constatant qu'ils étaient essentiellement cantonnés au ménage, au bâtiment, au petit fonctionnariat? Toutefois nous ne sommes pas dans une étude sociologique mais en littérature jeunesse, le livre s'attache surtout à nous parler du point de vue de Cécette, et il n'y a pas vraiment de détails, à part sur le climat (et c'est assez drôle!):

"De toute façons, c'est d'un ciel bleu que sa mère a besoin. Là-bas, c'est gris tout le temps. Cécette dessine aussi une case en planches, recouverte de tôles ondulées; sa maman pourra ainsi s'endormir en écoutant hanter la pluie sur le toit. Derrière, elle peint un arbre, un mapou, aux feuilles bien solides. Là-bas, les arbres perdent leurs feuilles. Drôle de manie! elle n'oublie pas de mettre un gros soleil bien jaune, parce que, là-bas, dit-on, il fait très froid. Cécette imagine des gens marchant dans un réfrigérateur."

 ****

L'album est construit de manière très classique: une page de texte à gauche, une image pleine page à droite; à quelques exceptions près où le texte s'insère sur l'image qui s'étale sur la double page. L'illustrateur a travaillé au pastel sec, donnant un certain flou, une grande douceur à ses images très lumineuses, où les teintes se partagent entre couleurs terre et turquoise.

J'aime beaucoup la couverture, qui se présente telle une frise de coquillages (un peu comme celle qu'elle dessine pour sa mère)  entourant une photo posée sur le sable : la petite silhouette de Cécette qui fixe patiemment, confiante, l'horizon...

Maman Dlo - Alex Godard - couverture - sirènologie

Alex Godard, dans ses illustrations, fait la part belle aux paysages, aux objets; la vie quotidienne est manifestement importante pour lui. Il montre aussi une grande maîtrise de narration en mariant à merveille textes et images, notemment les pages 23 et 24, où en face de la lettre de la mère expliquant qu'elle ne peut pas rentrer, se trouve l'image de Cécette la tête enfouie dans les bras: il n'est besoin d'aucun texte supplémentaire pour exprimer tout le chagrin, toute la déception de l'enfant qui espérait tant revoir sa maman.

J'ai trouvé quelques points communs entre Maman Dlo et La sirène d'Ouessant:

- le thème visuel de la couverture, qui met en scène face à l'océan un personnage féminin de dos, qui est présenté dans l'histoire comme attendant un être cher parti au loin,

- le lieu de l'action est une île

- la sirène y est une légende, aux pouvoirs plus maléfiques que bénéfiques, ravisseuse de marins.

Mais les points communs s'arrêtent là et les dernières pages de Maman Dlo sont - heureusement - bien plus optimistes que celles de La sirène d'Ouessant! Une suite à l'histoire d'Alex Godard a été imaginée par des collégiens de Mayotte, la vidéo est visible ci-dessous:

Les retrouvailles de Cécette

La fin assez ouverte étant une mine d'or pour l'imagination (et donc un bon prétexte pédagogique), une autre classe, plus jeune, a proposé plusieurs fins, visibles sur ce site. Si certaines se ressemblent beaucoup, la 11 est assez... radicale! tous n'ont pas la même vision et globalement, on devine une certaine envie que la fille et la mère se retrouvent :-)

Maman Dlo - Alex Godard - paquebot à l'horizon*****

En refermant le livre, même si je trouvais l'histoire de Cécette pleine d'espoir, j'étais un peu frustrée par le peu de place de la sirène Maman Dlo dans cet album alors même qu'elle lui donne son titre (j'ai remarqué que la version anglaise: Mama, across the sea - c'est-à-dire "Maman, au delà de la mer" fait disparaître du titre la référence à la sirène et ne garde que l'éloignement de la mère).

Maman dlo (parfois orthographiée manman dlo, ou encore maman dilo) apparait ici comme une maléfique sirène qui sépare les familles et le conte est tragique, donnant une explication possible à Cécette sur la disparition de son père.

 

Maman Dlo - Alex Godard - les deux frères et la maman-dlo

"Mais soudain l'un des frères, moins aveuglé par l'éclat de la fortune, aperçut l'énorme nageoire qui servait de jambes à la créature.

Il s'agissait bien d'une de ces horribles Reines des Eaux, qui promettent ciel et terre aux marins, et qui les emporte dans leur royaume du fond des mers d'où ils ne reviennent jamais!

- Une maman-dlo! Une maman-dlo! hurla l'homme à son cadet. Ne plonge pas! Ne plonge pas! Ne plon...!

Tchouboum! L'autre s'était déjà jeté à l'eau.

- KRA! KRA! KRA! KRA! ricana la maman-dlo avant de disparaître."

 

Alex Godard n'en n'est pas à sa première mise en abyme, de conte dans une histoire, puisqu'avec le conteur d'étoiles (SYROS alternatives) il avait déjà fait d'un conteur délaissé par son auditoire le héros de son livre (livre qui rappelle un peu par ce thème le bonhomme kamishibaï d'Allen Say) et aussi le héros de l'histoire qu'il raconte lui-même, puisqu'il se met en scène lorsqu'il était plus jeune.... Dans cette précédente oeuvre de 1990, le surnaturel est bien plus présent. 

*******

 

Petit clin d'oeil à l'art postal, qui apparaît brièvement à travers la carte que Cécette envoie à sa mère; cela fait partie des choses que j'ai aimé dans ce livre ;-)

"C'est difficile de faire un dessin pour quelqu'un qu'on n'a pas vu depuis longtemps. [...] Autour du paysage, elle colle des coquillages, des conques de Barthélémy, des nérites zébrées, des coquilles papillons nacrées aux motifs de madras... Elle colle aussi du sable parce que la mer en a besoin pour ne pas déborder partout."

 

Il y a aussi un bel éloge de la lecture, de son utilité et de sa transmission, avec les scènes entre Cécette et Man Ninie, sa grand-mère, dont une où les rôles sont inversés entre l'enfant qui sait et l'adulte qui apprend...

Maman Dlo - Alex Godard - lecture - Cécette et Man Ninie

Il aurait été sympa de la part d'Albin Michel Jeunesse de mettre, comme Syros l'avait fait pour le conteur d'étoiles, un lexique des termes créoles à la fin du livre, pour les mots tels que zandoli, caca-boeuf, roukou... incompréhensibles pour les métros comme moi! Mais heureusement l'auteur en met un sur son propre site :) Merci à lui!

Autres critiques du web: il y a des remarques assez intéressantes sur le blog Novi-novi sur la place de la mer dans ce livre.

 

Je pourrais continuer à en écrire encore longtemps car ce livre est plein de petites choses dont j'ai envie de parler mais il faut bien s'arrêter un jour, n'est-ce pas? J'espère déjà ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte en vous en dévoilant trop... ^^;; désolée si c'est le cas!

Maman Dlo - Alex Godard - Madras par Marie-Hélène Laurent

Bref même si je n'ai pas eu tout à fait mon compte de sirène dans cet ouvrage, il recèle suffisemment de richesses pour que je ne regrette pas ma lecture; et c'est tout ce que je vous souhaite si vous décidez de le lire - ou de le relire!