Je vous avais promis un livre non spécifiquement dédié aux enfants pour une fois, même s'il ne leur est pas interdit ! Il s'agit d'un livre documentaire: le Chant de la Sirène, par Vic de Donder.

le chant de la sirène - Vic de Donder - 1992 - couverture

Il y a beaucoup de texte, et je pense qu'il ne sera pas du tout facile à lire avant au moins 13 ou 14 ans, âge auquel la lecture est normalement bien acquise et les capacités de concentration plus importantes. Gamine, j'adorais la collection les yeux de la découverte chez le même éditeur, Gallimard, qui était à destination des 9-12 ans. Adaptés d'une collection anglaise, grands, richement illustrés de photos et autres documents en couleur, ces livres étaient pour moi très agréables à lire. 

Le chant de la sirène Vic de Donder 1992 - sphinx sur pyramide rouge logo Gallimard

La collection Découvertes Gallimard (au logo de sphinx égyptien sur un triangle rouge) en est un peu le prolongement: les ouvrages sont eux aussi abondamment iconographiés, tout en couleur, mais l'information y est beaucoup plus dense et plus poussée (raison pour laquelle je les trouve peu accessibles aux enfants).

Celui-ci date de 1992 (mon édition est de 2006, le visuel de couverture a changé par rapport à l'origine). Ce livre documentaire, bien qu'ayant pour sujet la sirène, est plutôt généraliste; c'est-à-dire qu'il ne se focalise pas sur cette figure mythique dans un domaine précis, comme l'Antiquité, ou l'icônographie médiévale, ou la littérature du 19ème siècle par exemple. Dans ce style il précède donc le livre d'Adeline Bulteau Les Sirènes de 1996 et le livre d'Édouard Brasey Sirènes et Ondines (ma critique ici) écrit en 1999.

Vic de Donder adopte ici une narration plus chronologique que thématique, pour raconter l'évolution de la figure de la sirène selon les âges (bien qu'on ait parfois un tableau de Jerôme Bosch de la fin du 15ème siècle, juste après des photos du 20ème siècle et des gravures de 1648 et de 1768...).

Le premier chapitre parle des sirènes de l'Antiquité dans toute leur ambiguité, à la fois séduisante, instructive et mortelle, mais cependant d'ascendance divine. De plus leur image est souvent ailée, mais point de queue de poisson, celle-ci étant réservée à Poséidon, Triton, Glaucos, Nérée et ses filles les Néreides...

Le second chapitre s'attache à montrer la métamorphose médiévale des sirènes, qui passent progressivement d'une figure certes négative mais tout de même divine et à respecter, à une figure purement diabolique, et qui deviennent marines plutôt qu'aériennes.

le chant de la sirène - Vic de Donder - 1992 - pages chapitre 2

le chant de la sirène - Vic de Donder - 1992 - double page chapitre 2



Le troisième chapitre montre la remise en question de l'existence de la sirène à l'époque de la Renaissance et des Lumières. En même temps que les témoignages écrits de visions de sirènes ou d'hommes marins se multiplient, les naturalistes commencent à penser que certains mammifères marins, les lamantins et les dugongs, pourraient être ce que les marins confondent avec ces fabuleuses créatures...

le chant de la sirène - Vic de Donder - 1992 - double page chapitre 3



Le quatrième chapitre décrit enfin la disparition du rôle négatif de la sirène, avec l'apparition de la petite sirène d'Andersen, l'amalgame avec la douce et mortelle Lorelei et les filles du Rhin, et toutes choses qui témoignent de l'aspiration des 19ème et 20ème siècle à réenchanter et idéaliser un monde dont la connaissance a fait disparaître les mystères, sauf le mystère féminin.

La dernière partie est réservée à des citations d'érudits, de naturalistes, de poètes ou de romanciers, là aussi avec divers visuels mais en noir et blanc contrairement au reste du livre. Tout à la fin se trouvent la table des illustrations, l'index, une courte présentation de l'auteur (qui participa à une exposition, sirènes m'étaient contées, à Bruxelles en 1992 ainsi qu'au Musée de la Sirène et des Sirèniens à Castellane, aujourd'hui le musée sirènes et fossiles) et toutes les informations légales.

Seuls défauts: Je n'ai pas forcément trouvé la fin du quatrième chapitre très pertinente (le passage sur Disney n'est pas , sans doute à cause de la foison de documents du vingtième siècle parmi lesquels ils faut choisir! Et datant de 1992, il n'évoque évidemment pas le sirènisme/mermaiding grand public (car il y avait déjà le mermaiding des spectacles américains, par exemple au Weeki Wachee Springs park créé en Floride en 1947) qui n'a vraiment éclos que dans les années 2010.

Franchement un très bon livre, de par la place accordée à égalité au texte comme aux illustrations, c'est très plaisant. Il retrace bien l'évolution de la sirène; son angle reste purement documentaire, et le ton est moins ésotérique ou poétique qu'Adeline Bulteau ou Edouard Brasey.

Les sirènes - Adeline Bulteau - Sirènes et Ondines - Edouard Brasey

Il est bien plus illustré aussi, car disposant des moyens d'une grosse maison d'édition - merci Gallimard! - avec une bibliothèque de références icônographiques très étendue (remarque pécuniaire qui vaut aussi pour la mise en page complexe, l'impression couleur et le papier glacé bien solide). Son format poche ( h 17,8 x l 2,3) et son épaisseur minimale (moins d'un cm) permettent de le glisser facilement dans un petit sac, une grande poche ou encore dans une bibliothèque où il ne reste que très peu de place ;-b

Pour un prix neuf situé entre 15 et 16 €, format pratique, énormément d'informations et tout en couleurs: c'est un indispensable, un vrai!