Fontaine allemande du 16ème siècle - W Ditterlin - planche de l'art pour tous

L'Art pour tous était une Encyclopédie de l'art industriel et décoratif, une sorte de revue grand format (29x42 cm) créée en 1861 par Emile-Auguste Reiber. il s'agissait de la parution de 4 pages, 2 ou 3 fois par mois, imprimées en noir et blanc, seulement au recto, d'illustrations assez éclectiques (toutes cultures et tous médium confondus) légendées en dessous en français, en allemand (l'allemand était écrit en typographie gothique) et anglais. Editions Albert Morel et Cie. 
Si vous voulez voir à quoi cela ressemblait, vous pouvez voir la numérisation des numéros des années 1864 à 1905 sur Gallica.
C'est dans une édition de 1863 ( troisième année de la revue) que j'ai trouvé cette planche qui reproduit une oeuvre du graveur allemand Wendel Dietterlin (1551-1599) extraite de son ouvrage Architectura. Von Außtheilung, Symmetria und Proportion der Fünff Seulen de 1593. Elle est aussi visible sur Wikipedia ici.
Retranscription du texte à gauche ( les textes au centre et à droite en sont la traduction en allemand et en anglais) :
  "La présente composition de Fontaine, par W. Ditterrlin (p234), paraît destinée à orner quelque place de marché placée sous le vocable de Saint-Christophe.
Sur un piédestal orné de consoles à têtes de bouc, et se ramifiant dans le bas en quatre branches surmontées de Sirènes qui tiennent en main divers attributs, s'élève la statue du Saint portant l'enfant Jésus dans ses bras. Le globe qui repose sur la tête du géant se rapporte à la légende chrétienne (voir la vie des Saints). Des jets d'eau très fins et trop multipliés peut-être s'échappent de nombreuses ouvertures. En A et B, l'artiste a esquissé les figures des Sirènes destinées aux branches antérieure et postérieure du soubassement, dont la disposition originale fournira des des motifs intéressants aux industries du bronze et meuble artistique.--- (Fac-simile .)"

Fontaine allemande du 16ème siècle - W Ditterlin- détail sirène à la calebasse

Fontaine allemande du 16ème siècle - W Ditterlin - détail sirène B

On peut remarquer que ces sirènes semblent être dotées de pattes de batraciens en plus d'une queue aquatique. Elles possèdent des instruments de musique et semblent regarder le groupe formé par l'enfant Jésus et Saint-Christophe (Christophe de Lycie, patron des voyageurs) qui le porte hors de leur atteinte... En ce sens, loin de n'être que des motifs décoratifs, ces sirènes paraissent bien à la fois comme des symboles de la dangerosité de l'élément liquide, et des tentations diaboliques.