Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé de livres sur ce blog! On redémarre avec ce bel album, écrit par Remi GIORDANO et Olivia GODAT, illustré par Laura PEREZ, paru en 2020 aux éditions La Martinière Jeunesse.

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - 01couverture

 

Sirènes de légendes part déjà avec l'atout d'une couverture très réussie, où la graphiste Mathilde BONNET a su mettre en valeur la magnifique sirène au regard dédaigneux de Laura PEREZ, avec un titre où le "S" souligne les boucles de cheveux et un "N" suivant le bras... De plus, les inclusions dorées ressortent très bien sur le rendu mat et doux de la couverture. Ca promet!

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - 02couverture

 

 Ah oui, vous aurez remarqué que j'ai une assistante pour présenter ce livre! ^^ La petite Glaucia avait déjà présenté Sirènes - femmes fatales en mars dernier, là c'est Anthocyane qui s'y colle. A livre plus grand ( 23 x 33cm), présentatrice plus grande aussi!

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - page de garde

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - chap 1 Ulysse et les sirènes

 

Et le contenu ne déçoit pas : le livre est découpé en 10 chapitres de 4 pages, chacun consacré à une (ou plusieurs, comme dans le cas des sirènes d'Ulysse) sirène. Deux pages de texte, deux page d'illustrations... pleine page, eh oui. Les teintes sourdes (bleus, verts, gris, parfois réchauffés d'un peu d'ocre rouge ou jaune) des créatures languides de Laura PEREZ nous plongent dans un univers plutôt raffiné, à mille lieues des couleurs chatoyantes voire flashy qu'on associe d'ordinaire aux sirènes, surtout dans l'édition jeunesse!

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - chap 7 Mélusine

 

 Si les plus célèbres des sirènes figurent bien dans cet ouvrage - Les sirènes d'Ulysse, Mélusine, Lorelaï, la petite sirène d'Andersen - d'autres moins connues ont droit à leur chapitre : Sedna l'Inuite, Iara la Brésilienne, la Jiaoren chinoise, Mami wata l'Africaine, la Ningyo japonaise... et on a même droit, pour clore le livre, au chapitre sur les hommes-sirènes des Hébrides (archipel du nord-ouest de l'Ecosse)! Donc les messieurs ne sont pas oubliés.

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - chap 10 les hommes bleus

 

La gamme réduite des teintes utilisées par Laura PEREZ donne une belle homogénéité graphique, mais les dessins sont suffisamment diversifiés pour qu'on ne s'ennuie pas: les sirènes sont parfois dessinées en pied - si je puis dire! - parfois en gros plan. Et toustes ont leur identité, correspondant bien à ce qu'on peut attendre de la culture qui leur a donné naissance, tout en portant l'empreinte de l'illustratrice.

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - chap 2 Sedna

L'écriture aussi est variée, souvent la narration est à la troisième personne, parfois à la première personne... On alterne aussi chapitres juste descriptifs, avec d'autres où des dialogues donnent plus de chair aux personnages. Et drames comme fins heureuses ont chacun leur part : si certaines histoires peuvent être empreintes de cruauté, comme pour la malheureuse Iara, celle de Jiaoren est bien plus tendre par exemple (mais moins riche d'aventure!). On explore les mythes des quatre coins de la Terre, peut-être manque-t-il l'Océanie et la Russie mais je suppose que toutes les légendes n'inspiraient pas forcément les auteurices.

J'ai été surprise par les partis pris pour certaines sirènes: unetelle, souvent présentée ailleurs comme une simple victime, devient plus ou moins responsable de sa situation, alors qu'une autre, divinité ambivalente dont les maléfices sont d'ordinaire plus craints que ses dons ne sont réclamés, est ici une figure extrêmement bénéfique.

Elles sont toutes belles et fortes, antagonistes ou alliées des humains, tragiques ou douces, parfois les deux sur la même page! L'écriture de Rémi GIORDANO et Olivia GODAT est évocatrice, et si les chapitres peuvent paraître courts, c'est sans doute pour mieux laisser de l'espace à la rêverie, ou l'envie d'en savoir plus par soi-même... J'ai apprécié de découvrir les légendes de Iara ou Jiaoren que je ne connaissais pas.

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - quatrième de couverture

 

Je regrette l'absence de sommaire, c'est dommage cependant le livre est suffisamment court - 48 pages - pour que ça ne soit pas un gros handicap. Il n'est pas non plus précisé sur la page de garde qui a écrit, qui a dessiné... Je n'aime pas quand les infos manquent! Enfin, justement je l'ai trouvé un peu court, mais ça, c'est peut-être mon côté boulimique de lecture ^^;;;

Bien que ce livre soit affiché comme album jeunesse, à partir de 6-8 ans (selon la délicatesse et le côté soigneux de l'enfant!), il jouit de bien des qualités: valorisés par une mise en page classique, sobre et élégante, ses dessins raffinés et son écriture subtile vaincraient les réticences du plus snob des adultes... Une édition à couverture entoilée me semblerait un écrin totalement approprié pour cet ouvrage!

 

Sirènes de légende - La Martinière Jeunesse - 03couverture

 

 

 

Bref, si je le fais figurer dans ce calendrier de l'avent, c'est vraiment pour vous le recommander sans tarder en tant que cadeau, pour vous-même ou des proches, qu'iels soient mineur.e.s ou majeur.e.s! Je le classe dans les indispensables sirènologiques... Vous pouvez aussi lire cette autre critique, plus aboutie et profonde que la mienne, sur le blog emoislivresques, pour achever de vous convaincre et vous donner envie de l'avoir, là, tout de suite, sans attendre Noël! :D

Critique lisible aussi sur Babelio, là.