Sirenologie

15 février 2019

Spectacles de théâtre La petite Sirène d'Andersen

Pas vraiment un évènement Sirèniste/Mermaiding, mais évènement théâtral...

la popularité de la petite Sirène d'Andersen fait que ce conte a déjà été l'objet de nombreuses adaptations théâtrales, dont la dernière a eu lieu à la Comédie-Française à Paris, du 15 novembre 2018 au 6 janvier 2019. Oui, quand je vous disais le 1er janvier que je surfe sur des vagues pas vraiment neuves... Je ne plaisante pas!XD J'ai un peu de mal à parler des évènements à l'avance... Je n'ai pas pu y aller mais les critiques semblent avoir été bonnes.

Pour en savoir plus sur la page de la Comédie-Française, c'est par ici. et dans le cadre du Festival d'Automne.

Voici l'affiche du spectacle (assez sobre par rapport aux autres visuels dessous)

au théâtre-studio de la Comédie-Française nov 2018-janv2019

 

Ci-dessous, des affiches d'autres spectacles passés:

affiche comédie musicale théâtre de Paris 2007-2008

spectacle à l'olympia Paris - 2008

affiche spectacle au Lucernaire

théâtre Darius Milhaud Paris saison 2014-2016

Tout cela s'est passé à Paris, mais voici un spectcale qui a eu lieu au Maroc

théâtre national Mohammed 5 Maroc

à Marseille au badaboum théâtre,

badaboum théâtre de Marseille - juin 2016

La fameuse adaptation de Disney à Broadway

la petite sirène disney en Broadway Musical

Outre-mer aussi la sirène brûle les planches

Meherio la sirène - outremer

Et j'ai vu ces affiches au Japon en avril 2018 ^^

affiche Japon avril 2018

Le concept a aussi inspiré des spectacles de marionnettes :

voici le site d'Emilie Racine, qui avait fait des marionnettes pour ce spectacle.

Il existe aussi Queue de Poissonne.spectacle d'Ilka Schönbein et Laurie Cannac en 2013.

 

Si vous connaissez les graphistes responsables de tous ces visuels, n'hésitez pas à me les communiquer afin que j'ajoute leur nom/crédit sous leur oeuvre dans cet article !

Posté par terryjil à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


11 février 2019

"Quand je serai grande je serai sirène", de Isabelle KESSEDJIAN

quand je serai grande je serai une jolie sirène

Une adorable petite sirène toute rose d'Isabelle Kessedjian, qui décline avec tous les métiers comme tous les animaux, réels comme imaginaires, son concept de "quand je serai grand/e". Toutes ses réalisations sont visibles sur son site et achetables sur une grande variété de supports

Toutes ces petites bouilles sont à croquer, mais sévèrement genrées: la sirène est toute rose, les garçons deviennent bricoleur, pirate, docteur ou footballeur, les filles deviennent des princesses, des chanteuses, font des cupcake ou du shopping... Je n'ai pas vu de "quand je serai grande je serai routière ou scientifique" par exemple et il n'y a pas de "quand je serai grand, je serai triton" é_è

Des idées pour plus tard?

 

Posté par terryjil à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

08 février 2019

La sirène, 1890, sculpture de Denys PUECH (1854-1942)

Denys Puech - la sirène soutenant un homme - 1890 - Rome

denys puech - la sirène

Denys Puech - la sirène - marbre - 1899

denys puech la sirène - plâtre Musée Rhodez

Luca Madrassi s'est-il inspiré de cette sirène à queue de poisson et à ailes d'oiseau pour sa propre sculpture en 1903? La sirène tourne la tête vers son compagnon de la même manière amoureuse... Mais celle-ci est bien plus dynamique, avec ses grandes ailes déployées. On peut voir que Denys Puech, le sculpteur, a fait plusieurs versions de cette sculpture, avec ou sans petit drapé pudique sur les parties génitales du monsieur... lequel monsieur est si gracile que j'avais d'abord cru qu'il s'agissait d'une femme! Mais non, on voit sur le plâtre que c'est bien un garçon. Se fait-il enlever par la sirène ou soutenir au-dessus des flots? La sirène a l'allure d'une muse ou d'une walkyrie qui emmenerait le jeune homme à l'Olympe ou au Walhalla. Ses ailes et ses cheveux sont en tout cas magnifiques.

Ce motif du jeune homme objet de l'adoration de la sirène n'est pas une exception à cette époque, on peut encore le voir sur ce groupe de 1903 ( même année que Luca Madrassi ^^) réalisé par Emmanuel Hannaux ...

Emmanuel Hannaux - 1855-1934 le poete et la sirene -1903-signe-56x53

Intitulé "le poète et la sirène" ou encore "Orphée charmant la sirène" (avec sa fameuse lyre qui lui permit de sauver ses compagnons argonautes du sort fatal que leur réservait le chant des sirènes), la sirène est ici encore une fois dans une situation d'adoration et donc d'infériorité, étrange pour une créature réputée être la perte des hommes!

Mais si on y pense, les sirènes ne gagnent jamais vraiment: ni contre Ulysse, ni contre Orphée, et les sirènes du 19ème siècle sont définitivement des romantiques déçues, condamnées à mourir de leur amour impossible: Ondine, de La Motte-Fouqué en 1811 sera la première incarnation de cette tendance, puis le poème La princesse des mers de Mikhael Lermontov en 1841 se terminera lui aussi bien mal, c'est à peine si la petite sirène d'Andersen connaît une fin meilleure en 1876 en devenant fille des airs, et enfin la Rusalka de l'opéra de Dvorak renoue avec Ondine en devenant fantôme qui entraîne son bien-aimé dans la mort. La sirène est dans ces oeuvres une créature malheureuse, dominée par son coeur et incapable de survivre au désamour. Beau mais triste, et bien peu féministe!

Les solides gaillardes de Maurice Gensoli, bien que toujours accompagnées, paraissent bien plus joueuses, moins dépendantes... On sent que les années 30, avec leur idéal de santé au grand air et leur début d'émancipation féminine, sont passées par là et ont éloigné les artistes des représentations plus classiques et académiques qui dominaient 40 ans plus tôt.


Posté par terryjil à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

03 février 2019

Le chant de la mer, long métrage d'animation réalisé par Tom Moore et Nora Twomey, 2014

Le chant de la mer 2014 - Maïna découvre qu'elle est une selkie

 

Bonjour, aujourd'hui l'article portera sur un film, un très beau dessin animé, pas sur les sirènes directement, mais sur les selkies, ces créatures mi-phoques mi-humaines. Souvenez-vous, j'avais rapidement mentionné ce film à la fin de mon article sur le livre l'enfant phoque. Hmm, en fait c'était il y a déjà un an, je pense que vous ne vous en souvenez pas! XD

Donc Le chant de la mer ( Song of the sea en anglais, ou Amhrán Na Farraige en gaelique ^^), est un superbe film d'animation de Tomm Moore et Nora Twomey (studios Cartoon Saloon), réalisé en 2014.

Attention, je vais dévoiler des éléments de l'intrigue, donc si vous ne l'avez pas encore vu et désirez garder la surprise, passez votre chemin!

Du point de vue visuel, le film est un émerveillement de chaque seconde. L'animation est d'une fluidité sans défaut, les couleurs sont chatoyantes et les décors ciselés comme des bijoux celtiques. L'univers de Tomm Moore, déjà vu en 2009 dans Brendan et le secret de Kells, est toujours aussi agréable à regarder et se distingue du tout-venant par sa riche ornementation stylisée.

Le réalisateur aurait-il grandi entre des murs aussi décorés que ceux du phare où habitent les enfants Ben et Maïna (Saoirse en V.O., à prononcer "sircha" ou "seurcha")?

Bruna/Bronagh peignant la fresque de la chambre d'enfants avec Ben

Quand on lui demande pourquoi sa spécialisation dans les dessins animés inspirés de l'art celtique et irlandais, Tomm Moore répond:

"Eh bien, c'est né de la volonté de faire quelque chose qui, à notre avis, n’a pas encore été accompli par quelqu'un d’autre, quelque chose d’inspiré par notre patrimoine et notre culture, à la manière dont certains films d’Europe de l’Est et le travail de Hayao Miyazaki offrent un aperçu de leurs propres cultures."

(traduction d'un extrait d'une interview de Tomm Moore sur ce site)

Le film commence là où se finissent habituellement les légendes des selkies: par le départ de la mère. Ben, un petit garçon vit heureux avec son papa, gardien de phare, et sa maman enceinte, qui lui raconte des légendes et lui chante les chansons des êtres magiques. 

le coquillage musical

 

Tout se gâte pour la famille quand la maman disparaît dans les eaux marines, juste après avoir mis au monde une petite fille... Connor, le père, à l'image du géant Mac Lir des légendes maternelles, s'enferme dans une insondable tristesse dont ses enfants ne peuvent le tirer.

 

Le chant de la mer 2014 - Connor, le père triste

Ben, l'adorable blondinet de 3 ou 4 ans de l'introduction, est devenu 6 ans plus tard un grand frère revêche envers sa petite soeur Maïna/Saoirse. Cette dernière est une mignonne petite brune muette qui demande un peu de son amour et de son attention, et qui, ne pouvant les avoir, se tourne alors vers ces têtes rondes de phoque dans l'eau qui la contemplent avec bienveillance. Et Joe/Cú ( se prononce "kiou") le chien qui regarde tout cela avec ses yeux de bon gros toutou fidèle, en attendant d'avoir son rôle à jouer.

ben et maïna en conflit

les phoques

Granny, la grand-mère qui vient parfois les garder, décide de les emmener avec elle en ville lorsqu'elle trouve une nuit Maïna/Saoirse endormie et trempée sur la plage, alors que celle-ci vient de vivre la révélation qu'elle était une selkie...

Le chant de la mer 2014 - Maïna épuisée sur la plage

 

Entre un coquillage qui sème des petites lumières lorsque Maïna/Saoirse souffle dedans,

Maïna et la magie du coquillage

et une halte à un puits sacré, en finissant par une belle chevauchée de chiens fantômes, iels vivront une belle et terrifiante aventure avant de retrouver le phare.

*************

Tout est magnifique. Vraiment. Je m'excuse d'écrire une telle tartine, mais c'est un film qui donne tellement envie d'en parler, d'en dire du bien, que je n'arrive pas à ne pas m'étendre! Graphismes, couleurs, lumières, ambiances, tout est vivant et beau. 1h33 d'échappée belle.

le grand chanaki

le grand chadaki ou chanaki

Et les personnages ne sont jamais univoques: Le grand Canaki (de "Seanachaí"; le vrai nom étant Seanchaí, d'une tradition de poètes-conteurs irlandais) est un aimable farfelu (inspiré d'une vraie personne, Eddie Lenihan), dont le physique se rapproche du Maestro d'Albert Barillé et le comportement de Panoramix dans le film le Coup du Menhir: autant dire qu'il a un côté pas tout-à-fait rassurant...

dans chaque cheveu il y a une histoire

Dans chaque cheveu, il y a une histoire.

C'est une scène dont la richesse visuelle s'associe à la richesse de sens:

fil d'ariane

 

Faire du cheveu du grand Chanaki qui est le fil de la vie de Maïna/Saoirse ( Saoirse signifie d'ailleurs " liberté" , elle sera un fil qui libère Ben, contrairement à l'espèce de laisse avec laquelle il l'attache vindicativement une partie du film) le fil d'Ariane qui, tout en menant Ben physiquement à elle, lui montrera les évènements d'il y a six ans, lui révèlera son injustice envers elle et le mènera à elle affectivement est une merveilleuse idée. Après avoir vu ces souvenirs, il sort des racines d'un arbre, comme une seconde naissance... et tout à la fin, il pourra faire, pour sauver sa soeur, ce qu'il ne pouvait pas faire jusque là.

racines des souvenirs

 

Il est appréciable que l'antagoniste principale du film soit traitée loin de tout manichéisme. Entre les jumelles Yubaba/Zeniba de Le voyage de Chihiro, et la Karaba de Kirikou,

Yubaba-Zeniba du voyage de Chihiro - Karaba de Kirikou et la Sorcière

Macha (se prononce "Maka" en V.O.) la sorcière aux hiboux est surtout victime de sa propre douleur qui la pousse à se réfugier dans le paradis artificiel de ses bocaux, et vouloir, dans une sollicitude toxique, en faire "bénéficier" tout le monde...

les bocaux

Les fameux bocaux...

Macha en pierre

Ben s'aperçoit que Macha elle-même est à demi pétrifiée!

La mise en miroir du personnage de Macha avec Granny est une réussite, tant dans leur amour déviant, qui préfère résoudre les problèmes que posent les enfants en les "figeant", que dans leur physique (tout rond avec un nez pointu comme un bec), leurs compagnons (une minuscule perruche à l'air peu amène pour Granny, les hiboux pour Macha) ou leur habitat ( un petit intérieur cosy où passe une musique étouffée)...

Le chant de la mer 2014 - la radio de Granny et la radio de Macha

Chez Granny, chez Macha: comme une petite ressemblance, non?...

Tomm Moore connaît ses classiques, et pas seulement en animation: les hiboux semblent tout droit sortis du film Les Oiseaux de Hitchcock (il y a d'ailleurs ici aussi une "scène du grenier" qui se termine de manière assez impressionnante dans un tourbillon d'orage!)

Machaz retrouve ses sentime nts

 

Si on peut comparer Tomm Moore à Hayao Miyazaki, c'est aussi parce qu'il fait passer dans ses films un même amour de la nature et une dénonciation de l'oubli par les humains de leurs liens avec l'environnement... La fugue des enfants les mène à travers une foret où ça et là reposent des déchets artificiels: vieux pneus, bidon rouillé, sac poubelle (rappellez-vous dans le Voyage de Chihiro la véritable décharge que Sen et ses collègues du bain public tirent du corps d'un "Vénérable"!)...

déchets sous l'arbre

déchets dans la forêt

Il faut savoir d'où vient l'idée de base du film: 

"L'idée pour le chant de la Mer remonte à il y a une dizaine d'années. J'étais en vacances avec mon fils sur la côte ouest de l'Irlande, nous dessinions sur la plage et nous avons vu des cadavres de phoques partout. C'était assez horrible. Quand nous avons demandé la raison de ce massacre, notre logeuse nous a expliqué que les pêcheurs locaux les avaient tués par frustration, car les phoques faisait baisser les stocks de pêche  cela ne serait pas arrivé il y a 50 ans car les gens croyaient alors aux Selkies et au fait que les phoques pouvaient abriter l'âme des humains disparus en mer. Je me suis mis à penser que ces vieilles histoires avaient une autre fonction que le divertissement ou le folklore pour les touristes,  elles reliaient les gens à leur environnement, et ce lien a été perdu.  "

(traduction d'un extrait d'une interview de Tomm Moore sur ce site)

Terrible point de départ!... mais cette réflexion a donné lieu à une oeuvre splendide. Qui n'est tout de même pas exempte de défauts, plutôt côté scénario... il y a un manque d'explication quant à la disparition subite de la mère: maladie? malédiction? Macha la sorcière ne semble être pour rien dans cet évènement en tout cas.  Disons que la fin ne répond pas à ce mystère, et c'est dommage. 

Je vous détaille mes réticences sur la fin du dessin animé ci-dessous, j'ai mis en blanc le texte, surlignez-le si vous voulez le lire (l'analyse reprend ensuite) :

D'abord avec la version française: Les flacons des hiboux de Macha pétrifient les faeries/êtres magiques/le Petit Peuple/ les daoine sidhe (à prononcer "Nadinechi") en les dépouillant de leur âme, et je pensais qu'à l'inverse le chant de la petite selkie les ranimerait... Mais on se rend compte que le chant de la selkie, à la fin, ne fait que libérer leur âme de leur enveloppe pétrifiée; cette dernière reste en place, et l'âme des faeries se rend, en un grand cortège immatériel, magique et joyeux, au Tír na nÓg, une sorte de paradis féérique celtique. Seulement voila, ayant regardé la version française, à aucun moment le Tír na nÓg n'est mentionné, juste un très vague "chez eux", dans "leur pays"! Alors on se demande bien où ils vont tous. Pour le savoir, il faut s'y intéresser en anglais!

Puis, le chant de la selkie semble indispensable à la bonne marche du monde... Mais en fait, pas vraiment puisque le fait que Maïna/Saoirse devienne humaine et renonce à ses pouvoirs de Selkie ne semble poser aucun souci. On peut se dire que sa maman Bruna/Bronagh, Selkie elle aussi donc, étant toujours là, peut aussi chanter et donc l'absence de Maïna/Saoirse n'est pas un problème; mais, mais, alors, que foutait donc la mère pendant tout le film, et même avant?!!! Si il faut un chant de Selkie pour aider le Petit Peuple à aller au Tír na nÓg, pourquoi n'est-elle pas venue chanter plus tôt?

Le chant de la mer 2014 - transformation de Bruna (Bronagh)

A la fin, quand elle arrive devant sa famille, elle semble tout à fait en bonne santé, aucunement empêchée, et elle a même toujours des pouvoirs magiques, en tout cas assez pour proposer à Maïna/Saoirse de devenir humaine et rester avec sa famille plutôt que demeurer Selkie (et donc dépendante de la proximité de sa peau de phoque), et le faire. Alors que n'est-elle venue plus tôt? Pourquoi?

bruna enceinte et affaiblie

Bruna/Bronagh pourrait s'expliquer en disant avoir été longtemps malade, ou elle aussi victime de Macha, ou d'une autre contrainte qui l'aurait affectée (ses cheveux blanchissent d'un coup comme quand Maïna/Saoirse dépérit loin de sa peau) au moment de la naissance de sa fille et qui ne l'aurait délivrée qu'au moment de sa chanson... mais là, non, aucune explication, c'est terriblement fustrant et je l'ai perçu comme une incohérence, une maladresse scénaristique.

J'essaie de me dire qu'il faut rerouver une âme d'enfant, qui ne comprend pas forcément les raisons de tout ce qui se passe, et est obligé de le prendre comme ça lui arrive, et le regarder de cette manière. Mais rien à faire, je ne peux m'empêcher de penser cette absence d'explication comme une faiblesse du scénario. Il semblerait presque plus logique que la mère soit vraiment morte en couches, et que ce soit la sorcière Macha qui donne à Maïna/Saoirse une nature humaine, avant de partir avec tous les autres faeries au Tír na nÓg... Peut-être était-ce le cas dans une version antérieure du script, mais ce serait apparu comme trop triste, et donc modifié au profit d'une fin plus heureuse? C'est plausible, même si ce n'est qu'une supposition de ma part... Pourtant, regardez ce petit film ci-dessous:

Le Chant de la mer

 

Le trailer conceptuel du film ( présent dans les bonus du DVD), fait et utilisé pour trouver des financements, semblait partir dans une toute autre direction. Il ressemblait plutôt à une aventure entre mère et fille, loin de l'histoire de princesse en détresse sauvée par son grand frère, du film final... Oui parce que bon, dans le Chant de la Mer, on voit surtout Ben! Mais Maïna/Saoirse a beau être une gamine attachante, ce n'est pas pour autant qu'elle n'a pas de caractère et qu'elle se laisse faire: les jambes de son frère en feront les frais!

Maïna se rebiffe contre Ben

"Tu veux me ramener chez Mamie contre mon gré?" Et pan dans les guibolles! Bien fait!

Maïna/Saoirse (d'ailleurs, pourquoi avoir changé son nom dans la version française? "Seurcha" possède sans doute une sonorité qui passe moins bien en français...) est une petite gosse qu'on a presque instantanément envie de prendre dans ses bras quand on la voit aussi délaissée par son frère. Le coquillage maternel, que son frère lui refuse et qu'elle prendra quand même, sera la clé, le déclencheur de tout: c'est en soufflant dedans qu'elle accèdera à une autre forme de communication, magique celle-là: la musique. Et l'accent est mis à la fin sur l'importance du partage et de la transmission, sans lesquels la magie de la musique ne pourra opérer pleinement. Ici, la selkie est un être de musique (et surtout de métamorphose), à l'instar de la sirène, mais d'une musique bénéfique et régénératrice. 

Une magie auditive que l'on doit à Bruno Coulais et le groupe irlandais Kila - avec la participation bien évidemment de Nolwenn Leroy, que l'on ne peut pas rater (elle est suffisemment mentionnée sur l'affiche!), puisqu'elle fait le doublage de Bruna, la maman, en français et la chanson du générique de fin. La musique est aussi délicate et envoûtante que l'histoire qu'elle raconte: la B.O. est magnifique, touchante, mais aussi parfois joyeuse, à l'image du numéro des trois faeries Lug, Spud et Mossy.

musique des êtres feeriques

 

 

Enfin, après que Nora Twomey ait sorti avec Cartoon studio en 2017 le dessin animé Parvana une enfance en Afghanistan, Tomm Moore est à présent sur le projet de Wolfwalkers, qui promet d'être aussi somptueux visuellement que ses deux aînés; en retournant à la narration de temps troublés, comme dans Brendan et le secret de Kells, l'histoire promet d'être sombre et haletante.

Pour terminer, voici un fanart de ma petite main maladroite pour relier les personnages principaux du Secret de Kells ainsi que ceux du Chant de la Mer ^^

le chant de la mer vs brendan et le secret de kells - sirènologie

Avez-vous remarqué, d'ailleurs, la furtive présence d'Aisling, la jeune fille-louve (à droite sur mon dessin) dans le Chant de la Mer? Regardez mieux les enfants dans le bus...

Le chant de la mer 2014 - les enfants dans le bus - caméo d'Aisling du Secret de Kells

 

 

27 janvier 2019

Koureijutsu (Spiritualité), de Yoshida Hujio

koureijutsu no ningyo - Yoshida Hujio

Voila une bien mystérieuse sirène, issue d'un tableau de Yoshida Hujio, Koureijutsu - HARP, ou Spiritualité - HARPE en français (jutsu=voie, chemin et kourei=l'esprit) de 1996. Dans cette composition de bleu et d'or, entre art fantastique et surréalisme, cette pâle sirène possède, en plus de sa queue de poisson réprésentée avec réalisme, une chevelure de fleurs ( rappel du rivage fleuri des sirènes d'Ulysse?) et des ailes d'oiseau (rappel des sirènes d'Ovide, dotées de plumes pour pouvoir voler et mieux chercher leur compagne Perséphone?). Créature de musique, elle semble naître à la fois des cordes de la harpe délicatement décorée, et des mains du personnage masqué qui en joue, et dont la tête est surmontée d'un grand coquillage. Elle aspire ou souffle les cheveux d'un clown obèse et lunaire qui regarde le spectateur. Au loin, un paysage de roches et d'eau... Ce montage onirique est assez spécial, et la limite est très ténue entre poésie et grotesque! 

Koureijutsu - HARP - by Yoshida Hujio, 1996

Posté par terryjil à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


24 janvier 2019

Ariel de Disney sur une boîte de céréales Kellogg's en novembre 2018

céréales Kelloggs ariel et raiponce - nov 2018 - sirènologie

Vu en novembre en hypermarché... Mmm, de bonnes céréales Disney Princess, bien sucrées, pour le petit déjeuner!

Avec de vrais morceaux d'Ariel dedans ou pas? ^^

Et les céréales Raiponce ne risquent-elles pas de contenir des cheveux? ;-p

 

céréales kelloggs ariel - nov 2018 - sirènologie

Sur cette illustration, on voit bien l'arrière du soutien-gorge d'Ariel, je n'avais jamais remarqué la petite fleur de la fermeture! :D

Par contre la nageoire d'Ariel est à peine visible, dommage... Sa grande chevelure lâchée (métaphore de son caractère audacieux, en comparaison de ses soeurs qui ont toutes une coiffure attachée) est bien plus mise en valeur.

"Selon le conte d’Andersen, ses cheveux sont blonds. Jeffrey Katzenberg considère que les sirènes ne peuvent être que blondes alors que les animateurs évoquaient la possibilité d’une chevelure rousse. Finalement, c’est un roux, presque rouge qui contribuera à donner du caractère à Ariel. Le problème était réel quant à la conception des cheveux sous l’eau. Et Glen Keane comprend en regardant une émission de télévision la manière dont la chevelure doit évoluer : « Il y avait une émission en direct de l’espace, avec la première femme astronaute, Sally Ride, et j’ai vu l’effet de l’apesanteur dans ses cheveux. Et je me suis dit que c’était ça qu’il fallait exploiter, ça m’a libéré. Je me suis dit que sous l’eau les cheveux étant mouillés, ils auraient la même qualité de mouvement. » (Christian Renaut, Les Héroïnes Disney, p. 104). Face à tant de difficultés, on comprend mieux les raisons des coiffures de Blanche Neige, de Cendrillon ou d’Aurore : les cheveux sont souvent réunis en un chignon ou bien ils sont noués. Pour Ariel, les animateurs ont ajouté une énorme mèche faisant parfois la taille de sa tête permettant ainsi de ramasser un peu ses cheveux.


Cette fameuse mèche va justement aboutir à quelque chose qui n’était pas prévu dans le scénario, mais inspiré par Sherri Stoner qui, entre les prises, soufflait sur sa mèche de cheveux. Glen Keane précise : « Ce moment a été filmé uniquement parce qu’entre deux prises la caméra continuait à tourner quand même, alors je l’ai vue faire ce geste et j’ai dit "oui, c’est ça que je veux animer !" » (Christian Renaut, Les Héroïnes Disney, p. 104). "

(extrait de l'article le statut des femmes chez Disney, sur le blog Chroniques Disney.fr)

 

Posté par terryjil à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 janvier 2019

Veilleuse LED sirène vue en magasin discount...

Sirène lampe LED blanche et bleue dans sa boîte - sirènologie

Vu, dans le même magasin que le tableau des conseils de la sirène, cette lampe LED, veilleuse à changement de couleur...

Sirène lampe LED blanche et bleue de face et de dos - sirènologie

Sirène lampe LED blanche et bleue de profil - sirènologie

Je ne l'ai pas achetée, car je trouve sa tête un peu grosse et le visage loupé... Mais le reste n'est pas si moche pour un objet aussi cheap (même pas 5€!).

Sirène lampe LED blanche et bleue de trois quart - sirènologie

Posté par terryjil à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 janvier 2019

Enveloppes: toute petite sirène, et naïades "à la Mucha"

sirène toute petite dans un paysage de vagues

Sirènes à la Mucha

Qu'elles sont dissemblables, ces sirènes! C'est qu'entre la toute petite toute simple, à peine visible en bas à gauche dans les ondes marines, et les deux grandes élégantes sur fond de soleil couchant, je suis passée voir l'expo Alphonse Mucha au musée du Luxembourg à Paris. Jolie exposition, avec des esquisses mises en regard avec les images finies, et des peintures pacifico-patriotiques moins connues de Mucha (1860-1939), cet artiste dont on apprécie surtout le travail d'affichiste ; mais un évènement qui laisse cependant un peu sur sa faim malgré la richesse des pièces présentées, (affiches, bijoux, planches, esquisses, peintures, photographies, etc.), et surtout tellement peuplé en permanence qu'on a du mal à en profiter sereinement (et bonjour la file d'attente en plus)!

Bref, cette enveloppe a été dessinée dans un style Art Nouveau pour envoyer une carte de voeux avec le journal de l'exposition (assez intéressant et qui donne des infos justement non présentes sur les cartels) à une amie vendéenne qui regrettait de n'avoir pas pu aller la visiter par manque de temps. Si comme elle vous n'avez pu vous y rendre, vous pouvez toujours vous consoler en allant sur le site du trust Mucha (anglais).

 

La vignette jure un peu, mais je pensais qu'elle serait plus petite. Il n'existe pas de timbre unique qui corresponde à un tarif lettre entre 100 et 250g, que ce soit tarif vert ou prioritaire ( à propos voici un très bon site, régulièrement actualisé, pour tout savoir des tarifs postaux ici). Et contrairement à d'autres fois ( la sirène foraine par exemple) je n'avais pas conçu la composition de l'image pour mettre plusieurs timbres, donc j'étais coincée...

 

********

Que peuvent-elles chanter? J'ai envie de leur prêter les mots et la voix de Barbara Carlotti dans sa chanson Herbes Mauves (2017):

"Je suis l'extase indécise, l'aube claire de l’expérience
Je suis le sceptre de la joie, la souffrance et la fantaisie
Et la jouissance est mon cri[...]

Je suis celle que tu cherches, je suis celle que tu suis"

 

08 janvier 2019

Lanfeust de Troy t. 7 - Les pétaures se cachent pour mourir - scénario d'Arleston et dessins de Tarquin - Editions Soleil, 1999

Lanfeust de Troy est une série BD des années 1990, qui raconte les aventures de Lanfeust, un jeune forgeron, et de ses amis, dans le monde de Troy, un monde médiéval fantastique où chaque personne a un pouvoir magique particulier et différent, grâce au flux magique relayé par les sages d'Eckmühl. Mais Lanfeust découvre que dès lors qu'il touche le morceau d'ivoire du Magohamoth inséré dans l'épée que le Baron Or-Azur lui a apporté à réparer, il devient détenteur d'un pouvoir magique illimité. Le sage Nicolède l'emmène à Eckmühl pour étudier la question mais arrivés là-bas ils découvrent que Thanos, un pirate charismatique et sanguinaire, dispose de la même capacité que Lanfeust... Pour contrer les desseins de Thanos, Lanfeust devra partir avec Nicolède et ses deux filles, C'ian la douce blonde (fiancée de Lanfeust) et Cixi sa soeur la brune piquante, ainsi qu'un troll rencontré en chemin, Hébus, redoutable colosse, mais une fois enchanté, excellent compagnon pour ses amis. Ce n'est qu'au bout de 8 tomes de pérégrinations agitées, d'un bout à l'autre du monde de Troy, qu'on connaîtra enfin le fin mot de l'histoire...

Une très bonne série qui sait mélanger l'action et l'humour! Le succès qu'elle a rencontré est bien mérité, et les tomes, même des années après se relisent avec plaisir, tant pour les rebondissements (Cixi sera peut-être le personnage qui réserve le plus de surprises, et ce jusqu'à la fin) que l'humour ( pas forcément très fin mais efficace!), qui peut être grivois, noir, scatologique, à base de calembours ou de caricatures, mais dans tous les cas foisonnant à tel point qu'on ne peut jamais être sûr/e d'avoir tout trouvé... Thanos est un méchant vraiment méchant, Hébus un très cool type et les deux soeurs C'ian et Cixi ne font pas que de la figuration dans la série. Arleston, scénariste vedette des éditions Soleil, et Tarquin ont fait du bon boulot, et comme la série a eu du succès, ils ont rempilé pour une seconde saison, Lanfeust des Etoiles, pas mal non plus mais plus faible vers la fin.

Bon, tout ça pour dire que si j'en parle ici, c'est qu'il y a des sirènes dans l'univers de Lanfeust: Leur apparition est tardive, dans l'avant dernier tome de la série, les Pétaures se cachent pour mourir, paru en octobre 1999, et très brève (5 pages environ); créatures vertes et voraces d'une zone polaire, purement animalisées, elles n'ont aucun rôle important ni aucune signification particulière. Muettes et à queue unique, malgré leur aspect humanoïde séduisant au premier abord, elles ne sont guère sympathiques ni vraiment fascinantes, et ne seront qu'un simple danger temporaire à surmonter pour les héros.

Partis du Darshan, C'ian (qui dispose d'un pouvoir de guérison, mais uniquement la nuit) et Nicolède ont perdu Lanfeust et Hébus, tombés en mer. Portés par Sphax, dieu incarné par un fin dragon blanc, ils aperçoivent des formes sur une banquise et pensent qu'il s'agit de leurs amis...

 

Lanfeust de Troy tome 7 - par Arleston et Tarquin - Sirènes - case

case extraite de la page 7

 

Lanfeust de Troy tome 7 - par Arleston et Tarquin - Sirènes - pages 7 et 8

Pages 7 et 8

Lanfeust de Troy tome 7 - par Arleston et Tarquin - Sirènes - page 9

page 9

Lanfeust de Troy tome 7 - par Arleston et Tarquin - Sirènes - pages 12 et 13

pages 12 et 13

 

Lanfeust de Troy tome 7 - par Arleston et Tarquin - Sirènes en fuite - case

cases extraites de la page 13

 

Posté par terryjil à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 janvier 2019

Figure de sirène, école flamande du 16ème siècle (redessinée par mes soins)

figure de sirène - école flamande du 16ème siècle

Voici une figure de sirène, école flamande du 16ème siècle, trouvée dans un catalogue de vente Artcurial d'octobre 2013... La donzelle (à queue bifide) est tellement floue que je me suis dit que j'allais la redessiner... voici le résultat ci-dessous!:

figure de sirène bifide - dessin d'après une gravure de l'école flamande du 16ème siècle - décembre 2018 - sirènologie

 

 Le dessin est fait à la plume et au brou de noix, avec quelques lavis. J'ai interprété ce qu'elle porte sur le bras comme une corne d'abondance fleurie, je ne lui ai pas mis de couronne, et une sorte de feuille d'acanthe cache pudiquement son giron. Ne voyant pas bien non plus ce qu'il y avait sous elle, j'ai mis des vagues... Se tient-elle le sein, le cache-t-elle ou tient-elle quelque chose devant? La non plus je n'ai pas su décider... décidément les sirènes sont créatures bien mystérieuses!

Posté par terryjil à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,